Chargement...

mardi 14 avril 2015

Conchiglie con gorgonzola e pistacchi (et digression sur la mama...)






Parce qu'il faut bien se nourrir de temps en temps, aujourd'hui c'est pasta ! 

Et là c'est le drame : je ne sais pas du tout quoi écrire pour continuer...ça m'arrive parfois...moment de solitude... Alors je vais meubler tout en réfléchissant à la façon dont je pourrais bien vous présenter cette recette que j'adore plus que tout. Faut dire que pour moi, pasta rime avec gorgonzola, mais gorgonzola ne rimait pas forcément avec pistache... jusqu'à aujourd'hui ! Ça change un peu des noix que l'on voit souvent dans les recettes au gorgonzola, ça ajoute un peu de couleur et de l'originalité. 
Les conchiglie se prêtent très bien à cette recette : ce sont des pâtes creuses dans lesquelles la sauce adore venir se nicher, pour le plus grand bonheur de nos papilles, ces kiffeuses...

Une recette inspirée du célèbre livre "Pâtes" de la cuillère d'argent, que j'ai eu le plaisir de parcourir récemment, et dont j'ai rêvé la nuit...



REALISATION : POUR 3 EPICURIENS OU 4 PETITS JOUEURS :
300g de conchiglie (on choisit de vraies pâtes italiennes de qualité : De Cecco, Garofalo, La Molisana...)
150g de gorgonzola "piccante" ou "dolce" selon votre goût
130g de crème fraîche (ou de crème liquide entière)
Deux pincées de noix de muscade râpée
30g de gros sel
Quelques pistaches concassées (non salées et émondées)
Parmesan fraîchement râpe (facultatif)

Dans une grande casserole ou un faitout, portez à ébullition 3 litres d'eau avec 30g de gros sel (la règle pour faire cuire des pâtes c'est un litre d'eau et 10g de sel pour 100g de pâtes). Ajoutez les pâtes dans l'eau bouillante, et faites-les cuire une minute de moins que le temps indiqué sur le paquet pour la cuisson "al dente" (elles continuent toujours de cuire un peu dans la sauce ensuite). 
Pendant ce temps, dans une casserole, faites fondre doucement le gorgonzola avec la crème et la muscade (on ne sale surtout pas la sauce !). Vous n'êtes pas obligé de respecter la quantité de crème, vous pouvez en mettre plus ou moins selon votre goût et la puissance du gorgonzola. Remuez jusqu'à l'obtention d'une sauce lisse, et retirez du feu
Quand les pâtes sont cuites, égouttez-les sans chercher à retirer vraiment toute l'eau : elle contient de l'amidon qui apportera un peu plus d'onctuosité à la sauce, il faut toujours en garder un peu quand il y a une sauce.
Remettez les pâtes dans la grande casserole, ajoutez la sauce (raclez bien avec une maryse !) et mélangez sans arrêt quelques instant sur feu moyen.
Dressez dans des assiettes creuses, parsemez de pistaches concassées (soyez généreux !) et servez aussitôt : ce ne sont jamais les pâtes qui attendent, mais les invités !
Certains apprécieront d'ajouter un peu de parmesan, mais si le gorgonzola est bien fort ce n'est pas nécessaire. 



Remarques :
Attention au choix du gorgonzola. Celui que l'on trouve le plus facilement est le dolce, mais on arrive heureusement à trouver du piccante, notamment chez les traiteurs italiens (il y en a même chez Lidl parfois !). Il est plus fort en goût, et sa texture est moins crémeuse. On trouve souvent du "gorgonzola au mascarpone" en grandes surfaces, qui est un mélange de ces deux fromages (moitié/moitié). Il conviendra surtout à ceux qui n'aiment pas les fromages puissants. Dans ce cas ne mettez pas la crème et mettez 280g de gorgonzola au mascarpone.

J'ai beaucoup hésité avant d'écrire les lignes qui vont suivre, le premier degré n'étant pas du tout ma tasse de thé, mais je viens de dévorer un livre qui m'a bouleversée, et j'ai beaucoup de mal à garder ça pour moi, surtout qu'on se connaît bien maintenant... 
Je viens en effet de lire, enfin de relire, le chef d'oeuvre d'Albert Cohen "Le livre de ma mère". Une lecture qui ne m'avait pas autant chamboulée à 20 ans - que comprend-t'on de la vie d'ailleurs à cet âge là ? - mais qui, à 40, m'a laissée sans voix (et sans kleenex). Je suppose que la plupart d'entre vous l'ont lu, ou connaissent ce livre de nom, évidemment. Si je vous en parle aujourd'hui (dans un blog culinaire !!!) c'est dans l'espoir de réconcilier ceux ou celles qui ont eu la mauvaise idée de se fâcher avec leur mère. Si, ne serait-ce qu'une seule personne dans la salle, décide de lire ce livre et de téléphoner à sa mère ensuite, je n'aurais pas cassé l'ambiance et angoissé tout le monde après une recette de pasta pour rien...
Impossible de rester insensible à ce puissant chant d'amour qu'Albert Cohen, dévasté, anéanti, lance à sa défunte mère, impossible de ne pas ravaler sa colère et sa rancune, impossible de ne pas pleurer, impossible de ne pas revenir vers elle, à moins d'être dénué de toute humanité. 
Il est bien trop tard pour pleurer sa mère quand elle n'est plus là, il est bien trop tard pour se rappeler de tout ce qu'elle a fait pour nous quand elle est partie, il est bien trop tard ensuite pour se dire "si j'avais su", imbécile que j'étais, étouffé(e) par ma rancoeur...

Je défie quiconque de normalement constitué de lire ce livre et d'en sortir indemne. 

Qui d'autre que la superbe plume d'Albert Cohen pour nous réveiller, nous, qui ne réalisons pas quelle chance nous avons de pouvoir encore lui parler ? Je laisse la place à ses lignes, espérant être entendue : 

"Fils des mères encore vivantes, n'oubliez jamais plus que vos mères sont mortelles. Je n'aurai pas écrit en vain, si l'un d'entre vous, après avoir lu mon chant de mort, est plus doux avec sa mère, un soir, à cause de moi et de ma mère. Soyez doux chaque jour avec votre mère. Aimez-la mieux que je n'ai su aimer ma mère. Que chaque jour vous lui apportiez une joie, ce que je vous dis du haut de mon deuil. Ces paroles que je vous adresse, fils (et filles !!!) des mères encore vivantes, sont les seules condoléances qu'à moi-même je puisse m'offrir. Pendant qu'il est temps, fils, pendant qu'elle est encore là. Hâtez-vous car bientôt l'immobilité sera sur sa face imperceptiblement souriante virginalement. Mais je vous connais, et rien ne vous ôtera à votre folle indifférence aussi longtemps que vos mères seront vivantes. Aucun fils ne sait vraiment que sa mère mourra et tous les fils se fâchent et s'impatientent contre leurs mères, les fous si tôt punis". 


 Un livre acheté, une boite de mouchoirs offerte...

96 commentaires:

  1. bonjour Valérie !,

    merci pour cette belle recette que je vais tenter dans les meilleurs délais .

    pour ce livre que je ne connais pas merci aussi .
    prem's ou pas prem's ?

    RépondreSupprimer
  2. Ouf, Valérie est revenue ! J'avoue que depuis quelques jours, je guettais impatiemment la nouvelle recette qui allait me mettre l'eau à la bouche...et c'est réussit! Merci aussi pour ce partage autour du livre de Cohen et de la place des mamans dans nos vies et dans nos cœurs :-)

    RépondreSupprimer
  3. ça y est, maintenant j'ai tout lu!
    1- je vais téléphoner à ma mère.
    2- je ferai dès que possible cette recette de pasta.
    3- je vais acheter ce bouquin!
    merci Valérie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 4 - tu reviens nous raconter ;)

      Supprimer
    2. pasta très bonne, recette adoptée!

      Supprimer
  4. Euh non ce n'est pas tout à fait vrai. Il y a des mères toxiques...dont la mienne. Bon je ne suis pas là pour casser l'ambiance mais pour vous dire merci pour toutes les bonnes recettes inratables et votre générosité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La mienne aussi est très toxique ......elle m'a pourri ma vie......
      j'ai bien essayé de lui trouver des excuses et lui donner une chance de changer mais en vain.......

      Supprimer
  5. Ton assiette de pâtes est bien appétissante !

    RépondreSupprimer
  6. François-Gabriel14 avril, 2015 18:24

    Coucou Valérie,

    Ce petit message pour te dire que j'adore ton blog, je teste souvent tes recettes, et ne manquerai celle-ci pour rien au monde non plus.

    Et merci pour le à côté, le petit plus qu'il y a ici est pas ailleurs, ce qui fait que je reviens à chaque fois. D'ailleurs, avant de chercher sur google, quand j'ai une envie, je cherche dans ton index :p c'est dire :).

    Bises

    RépondreSupprimer
  7. Eh bien Valérie, me voilà toute émue .....
    Je venais juste de terminer le tiramisu à la fraise et d'imprimer le texte ... et voulait venir en parler avec toi quand je suis tombée sur ta nouvelle recette que je ferai prochainement quand j'aurai acheté ces belles pâtes en forme d'escargot .... je disais donc que me voilà toute émue à la lecture de l'extrait du roman d'Albert Cohen que tu nous fais partager .... il est vrai que lorsque l'on est très jeune, on ne réalise pas à quel point nos parents nous sont chers, mais plus on avance en âge, plus on s'attache à eux .... tu es jeune donc tes parents le sont encore ... en janvier, j'aurai 60 ans (je n'y crois pas ! ! ) , mes parents ont donc 80 et 82 ans, je les adore (mon mari aussi) ... par chance, ils sont en bonne santé, voyagent encore (mais pour des destinations moins lointaines), ont une vie très active et sortent encore avec leurs amis donc, je souhaite les voir comme ça le plus longtemps possible .... je sais que cette bonne entente entre nous les rend heureux ....
    Il faut absolument se réconcilier avec ses parents car on risque fort d'avoir des regrets quand ils ne seront plus là et il sera trop tard ...
    J'ai lu moi-même un petit bouquin qu'une amie m'a offert dernièrement, qui s'appelle"Mémé" de Philippe Torreton où le comédien parle avec nostalgie de sa grand-mère et de ses souvenirs d'enfance passée auprès d'elle ...
    Il est important pour nous tous d'avoir des souvenirs heureux .....
    A bientôt Valérie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. .... je rectifie " et voulais" ....

      Supprimer
    2. C'est très touchant ! Merci Sylviane pour ton message.
      Profitons de nos parents tant qu'ils sont encore là...
      Comme dirait Aznavour "Jamais plus le temps perdu ne nous fait face, il passe...souvent en vain, on tend les mains et l'on regrette..."

      (je ne reconnais plus mon blog aujourd'hui !!!) :)

      Supprimer
    3. Quelles belles paroles d'Aznavour .....

      Valérie, j'ai remarqué que depuis quelque temps, sur ton blog, on discute de cuisine et de bien d'autres choses et c'est ça qui le rend aussi vivant ...

      Supprimer
  8. Bonjour Valérie,
    j'aime beaucoup votre idée de mêler gourmandises (en guise d'appât) et belles lectures. Merci. Catherine

    RépondreSupprimer
  9. Bonsoir Valérie,
    Chouette une nouvelle recette! Miam miam, slurp, et plus encore à la dégustation!
    Mais surtout et comme toujours grand merci pour ces échanges virtuels toujours pleins de délicatesse, de finesse et de générosité.
    Oui la Mère, la Maman, ... c'est la grande aventure de la vie (et les Papas aussi bien sûr!).
    Tu as grandement raison de conseiller de telles lectures et de rappeler que le maître du temps est insaisissable: n'attendons pas pour être heureux et dire à ceux que nous chérissons combien nous les aimons.
    Disons à nos parents tout notre amour et à nos enfants que nous les aimons; ils n'en seront que plus fort.
    A ceux qui n'ont pas eu la chance d'être aimés, renversez la vapeur (sur un blog culinaire c'est de circonstance...) et donnez, distribuez et abusez des marques d'amour et d'affection.
    Jamais d'indigestion avec l'amour.
    Que des souvenirs tendres et doux comme une Madeleine de Proust.
    Que du miel qui coule dans nos cœurs: l'amour rend meilleur et patient.
    Ta cuisine transpire d'amour et de tendresse et c'est pour cela que nous sommes chaque jour un peu plus nombreux à scruter nos écrans, à suivre le feuilleton de Miss Valérie.
    La transmission de notre patrimoine olfactif et gustatif n'est que de l'amour que l'on a reçu et que l'on veut partager avec les siens: souvenirs simples d'odeurs, d'épices, d'arômes, de moments festifs partagés en famille ou entre amis.
    Cuisine ou philosophie de la vie heureuse et paisible au rythme des saisons et des fêtes païennes, religieuse ou paillardes!
    Alors cuisinons, pâtissons, partageons du nord au sud, d'est en ouest et avec tous ces bons sentiments, ces bons gâteaux, ces merveilleux plats que tu sais si bien nous faire aimer, le monde sera meilleur, plus sucré et butchy comme ta merveilleuse brioche.
    Et tout simplement merci et surtout encore et encore..........La vie nous est donnée, elle ne nous appartient pas alors en ce printemps PEACE AND LOVE!

    RépondreSupprimer
  10. Bonsoir , des pâtes des pâtes oui mais de Valérie, merci pour cette recette qui doit être une tuerie avec tout ce fromage ,j'adore et merci pour cette belle lecture,marie-jo.

    RépondreSupprimer
  11. Bonsoir,
    Je viens souvent sur votre site, mai je n'ai jamais laissé de message, jamais osé...ou.pris le temps.....
    Alors je me lance, pour donner suite à votre parenthèse sur la maman, moi aussi j'ai adoré ce livre, c'est tellement vrai.....on s'en rend compte trop tard......
    Alors quand les soirs de blues on se sent orpheline malgré notre âge, on regrette de ne pas avoir profité des moments où tout était encore possible, on regrette .....mais c'est trop tard.........
    Et bien sûr ça n'arrange pas le coup de blues.............le temps n'attend pas, alors suivez les conseils de Valérie et d' Albert Cohen, vous verrez que " l'aujourd'hui" c'est le futur qui se construit, et que vous faites votre futur comme vous faites votre présent.
    Les coups de fil, les visites, les petits plats sont bien sûr les joies du présent mais sont aussi les bons souvenirs de demain , pour vous pour elle, pour vos enfants....
    Oupssssssssss me voilà qui philosophe, vraiment Valérie tu pousses..........
    Je me permets de te dire merci pour tout ce que tu nous apportes
    Mimi29

    RépondreSupprimer
  12. Bonjour Valérie,

    Chacun a sa manière de rendre hommage à sa mère...

    MERE, TERRE

    Il pleut sur Alger. Une douce bruine qui s'incruste continuellement sur les parois des maisons, coule doucement le long des murs et finit sur les trottoirs qu'elle nettoie.
    Une touche mélancolique s’ajoute à cette atmosphère baignée par la fraîcheur du temps et la nostalgie des moments partagés avec ma mère.
    Je suis seule. Je pense à elle : enterrée il y a plus d’un mois dans sa terre natale qu'elle aime tant, elle reçoit toute cette eau bienfaitrice.

    Je suis heureuse pour elle. Heureuse qu'enfin elle se repose dans ce coin paradisiaque et hume cette terre par laquelle s'exalte les senteurs de la vie. Elle doit être ravie de la toucher si près et de s'en imprégner de partout. Entre elle et la terre, relation fusionnelle durant son enfance et son adolescence. Elle avait vécu une partie de son existence dans un appartement mais avait toujours gardé l’espoir de disposer d'un lopin de terre. La voilà récompensée. Ultime et suprême revanche d'un rêve que les humains lui avaient ravi mais que la destinée lui offre pour l'éternité.

    Elle disait que la terre est d’un fort symbole pour ceux dont les chers se sont sacrifiés pour elle. Elle précisait que c’est elle qui cicatrise quelque peu la blessure et apaise la douleur de leurs pertes. Elle avait besoin de l’avoir pour palper ainsi aux valeurs nourricières du sacrifice d’une vie : c’est la terre qui engendre la vie et c’est elle qui nous recueille dans ses entrailles.

    Mère, terre, terre mère.

    Elle a toujours porté haut la notion de l’homme.

    Et pourtant !

    Longtemps idéalisé, il eut fallu que le besoin quasi charnel de retourner aux sources la dirige vers lui pour qu’elle se rende compte de son autre face : celle de sa voracité et de sa cupidité sans borne.

    Son âme si candide se fracassait souvent sur la concupiscence des hommes qu’elle avait rencontrés. Elle qui avait perdu le même jour ses meilleurs hommes - père et époux - partis à la guerre et jamais revenus, elle s'est retrouvée dépouillée de son droit d'avoir un bout de cette terre pour laquelle ils sont morts.

    Leurs corps n’ont jamais été retrouvés, ceci a accentué son désir de s’agripper à cette terre pour les retrouver et leurs cénotaphes ne l’ont pas aidé à faire son deuil.

    Ses pires voleurs furent ses proches parents. Qu’attendre des autres, alors ?

    Elle avait lutté avec rage mais à chaque fois, les hommes lui avaient fait barrage. Pas d'homme pour la défendre, uniquement demeurent ceux qui profitent de son statut de veuve, d'orpheline pour lui soutirer ses droits.
    Combien de fois était-elle revenue terriblement déçue, courbée par de longues et vaines attentes, atterrée par l’attitude d’un employé de bureau d’une arrogance méprisable ou d’une administration cadenassée à ses requêtes légitimes ?
    Combien de sanglots l’avaient-ils étranglée, combien de larmes avait-elle versé sur l’indifférence des hommes à ses supplications à faire fondre les pierres ?

    Elle fut dévastée, écrasée par le poids de la réalité cinglante: si le sang des martyrs n’ébranle guère, inutile de combatte ceux-là mêmes censés protéger ce principe noble.

    L’infâme est atteint. Peine perdue. La dimension humaine est foulée au sol. La boucle est bouclée…
    A présent qu’elle est partie pour un monde meilleur, elle a ce qu’auront ces hommes qui ont dénigré, largue cette femme admirable: elle jouit de la même surface de terre que celle qui leur sera réservée à leur mort. Plus d’exhibitionnisme outrancier de leur fortune ou de leur titre gonflant pour s’offrir un palace sous terre,: juste un bout de terre à proportion à presque tous les humains.
    La justice divine est avec elle. Elle la protège. Plus forte que tout. Son meilleur allié : le Bon Dieu pour la gratifier de ses bontés accomplies.
    Alors, ma mère, ma Grande Dame, dors du sommeil du juste. Tu as tellement donné.
    Le Bon Dieu t’offrira dans son vaste paradis les délices que tu n’as pu savourer ici-bas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis sans voix, et je suis certaine que tous ceux qui te liront seront dans le même cas.
      Tu viens de nous transpercer le cœur.
      Aicha tu es exceptionnelle.

      Supprimer
    2. Bonsoir Aîcha ..... quel bel hommage rendu à ta maman, là où elle est, elle doit être fière de toi ...

      Supprimer
    3. Je n'ai pas de mot... c'est beau!

      Supprimer
    4. Très beau temoignage dont on ne sort pas pas indemne quand on a encore le bonheur d'avoir sa mère. Bon courage Aicha on est avec toi.

      Supprimer
    5. Je suis subjuguée par la plume d'Aïcha...

      Supprimer
    6. Je suis sans voix ... Valérie, Aïcha... je ne peux m'empêcher de pleurer. Moi qui vis depuis 3 ans chez ma mère (pour raisons économiques, il m'arrive souvent de la houspiller, pas toujours évident de vivre ensemble (j'ai 56 ans et elle 76 ans). Je regrette souvent mes moments de mauvaise humeur et je réalise alors que j'ai de la chance finalement de profiter un maximum de ma mère. Je vous remercie pour ces textes magnifiques, Aïcha et Valérie.

      Supprimer
  13. Bonsoir,j'ai fait la semaine dernière les raviolis au gorgonzola et poires et deux jours après mon fils me demandait d'en refaire !!! Alors je vais essayer cette nouvelle recette ...tu n'as pas mis de pignons ? Ca m'étonne !!! Je crois que je vais en mettre un peu ...
    Par ailleurs ,puisque tu écris ces jolies phrases sur les mamans ,je dois t'avouer ceci ( j'en ai souvent eu envie mais pas osé ) :
    J'ai eu l'immense chagrin de perdre ma maman il y 18 mois,je l'aimais à la folie et depuis je suis inconsolable ...je lui rendais visite chaque jour ou presque et elle me manque donc terriblement!
    C'est juste après son décès que j'ai découvert ton blog...coïncidence ...et c'est devenu pour moi une sorte de thérapie ! J'adore réaliser tes recettes si bien expliquées , je fais plaisir à ma famille et mes amis grâce à toi,j'aime la légèreté de ton humour et je pense que nous partageons les mêmes valeurs ...
    Hier encore j'écrivais que je trouve sur ce blog autant de gourmandise que de sympathie...
    Alors moi aussi je vous dis : Aimer votre maman (et votre papa aussi, le mien était genial! ) dites leur chaque fois combien vous les aimez ,ils ne sont peut être pas parfaits,nous ne le sommes pas non plus !! C'est ce que j'ai fait et ca je ne le regretterai jamais !!
    Merci pour la recette et tout le reste ...

    RépondreSupprimer
  14. Juste une petite question : où trouver les pâtes De Cecco ou Garofalo,je cherche depuis un moment mais je ne les trouve pas dans les enseignes classiques ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas où tu habites, mais ici (à Boulogne Billancourt), on trouve les De Cecco et la Molisana très facilement au Franprix, au monoprix et dans la plupart des grandes surfaces. Les garofalo sont un peu plus difficiles à trouver (j'en ai vu chez Auchan). Sinon il y a régulièrement des ventes De Cecco ou Garofalo sur vente privée, je fais une razzia à chaque fois.

      Supprimer
    2. J'habite dans le Pas de Calais ,à 3 minutes du plus grand Auchan du monde (selon l'enseigne) mais je n'y ai pas trouvé les Garofalo ,je vais poursuivre mes recherches...

      Supprimer
    3. essaye carrefour c la que je les trouve

      Supprimer
  15. Bonsoir Valérie,
    J'ai lu la recette avant de quitter le bureau, j'ai acheté du. Gorgonzola en rentrant chez moi et nous nous sommes régalés ce soir. J'ai utilisé des Tagliatelles, ce sont mes pâtes préférées. Tu me donnes envie de relire Albert Cohen ! Dans un style différent mais tout aussi merveilleux j'ai adoré La promesse de l'aube de Romain Gary, un magnifique hymne à sa mère. À bientôt, Valérie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! Je l'ai ! Je vais le lire (c'est reparti pour les larmes...) ;)

      Supprimer
    2. Nos cœurs battent si fort parfois que nos yeux se mettent à parler...

      Supprimer
  16. C'est grave si je n'arrive pas à lire le titre de la recette ?!?

    Merci pour cette recette salée qui va me permettre d'encore mieux divercifier mes menus.

    J'ai une seconde passion : la lecture.Je dévore des livres à longueur des journée j'adore ça et dés qu'on me parle d'un livre je l'achete. D'ailleurs si quelqu'un a une idée de ce qu'on peut en faire après parce que je suis envahie chez moi.

    Donc je vais suivre ton conseil et acheter ce livre rapidement. Le dernier livre que j'ai acheté et qui m'a bouleversé est "un long chemin vers la liberté" de Nelson Mandela et depuis difficile de relever le niveau,j'adore ressentir plein d'émotions quand je lis alors je souhaite que ce livre soit à la hauteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je déposé les livres sur les bancs des abribus. Quand je repasse 1h plus tard il n'en reste pas un seul.
      J'ai ainsi allégé ma bibliothèque des livres dont je sais que je ne les relirai pas sans me fatiguer et en faisant plaisir ..( j'espère)

      Supprimer
    2. C'est une très belle solution. Sinon il y en a une autre (la mienne) : acheter une Kindle !!! Ça fait longtemps que je n'encombre plus mes étagères avec des livres. Je suis fan de Kindle, ça change la vie.

      Supprimer
    3. je n'ai pas eu beaucoup de plaisir quand je l'ai testée, il faut que je me force à réessayer; c'est comme tout il faut s'exercer :)

      Supprimer
    4. On s'y fait très vite. C'est génial ! Je ne vois pas du tout l'intérêt d'encombrer sa maison avec des livres. ;)

      Supprimer
    5. Laquelle as-tu choisi?

      Supprimer
    6. Celle-ci :
      http://www.amazon.fr/dp/B00JG8GBDM/ref=asc_df_B00JG8GBDM25811612/?tag=googshopfr-21&creative=22686&creativeASIN=B00JG8GBDM&linkCode=df0

      Il y en a une moins chère mais c'est une galère car elle ne s'éclaire pas. C'est comme la page d'un livre : il faut donc lire avec une liseuse. En revanche, la paperwhite s'éclaire et c'est bien plus pratique. On peut même lire au soleil ! Ce n'est pas comme l'écran d'une tablette ou d'un ordinateur. Et dès que l'on ne comprend pas un mot, on clique et on a la définition. Pour les enfants c'est le top, et avec tous les livres qu'il faut au collège, ça désencombre les chambres ! Autre avantage : quand on veut un livre on l'a en 10 secondes...

      Supprimer
    7. J'oubliais le plus important !!! On peut lire tranquillement sans que personne ne sache ce qu'on lit ! ;)
      Ca prend très peu de place dans nos sacs déjà bien remplis aussi. Et on peut changer la taille des lettres si on a du mal à lire les petits caractères, ou si on veut arnaquer les enfants pour qu'ils pensent qu'ils dévorent les pages en leur mettant une taille plus grande ! Ca motive les troupes... ;)

      Supprimer
    8. (j'espère qu'il n'y a pas de libraires dans la salle...pardon...)

      Supprimer
    9. Merci Sylvie pour ton conseil. Effectivement une fois on a trouvé un livre avec une note qui disait que ce livre avait été oublié délibérément et de le déposer au hasard quand on aura fini de le lire.

      Pour la Kindle ou kobo, ça fait longtemps que j'y pense, mon mari en a une mais je me tâte. J'adore avoir un livre en main et je ne suis pas tranquille quand je lis sa kobo dans les transports car travaillant dans les transports j'enregistre tous les jours des vols à l'arraché de tout et n'importe quoi et du coup j'ai du mal à me plonger dans le livre. Il devrait y avoir une menotte livrée avec la liseuse ;-)

      Supprimer
    10. Mais quelle monde pourri !!!! On ne peut même plus avoir une kindle dans le métro sans avoir peur...pfff... (aux USA tout le monde lit sur liseuse, on est très en retard ici). Les voleurs ont du apprendre à faire la différence entre une kindle et un ipad... ;)
      Au départ je pestais contre Kindle, je disais que rien ne valait un vrai livre. J'y suis vraiment allée à reculons, et maintenant je ne peux plus m'en passer.

      Supprimer
    11. Tu me l'as bien vendu!
      Monsieur Amazon, s'il te lit va t'embaucher

      Supprimer
  17. Hello Valérie,
    après avoir testé ta recette de pasta maison (et pour les avoir faites, en tagliatelles agrémentées de zest de citron et poivre de Jakarta, pour régaler mon groupe préféré qui m'avait demandé si je voulais venir cuisiner pour eux à l'occasion de l'enregistrement de leur album, je peux témoigner que c'est autre chose que des pâtes sèches, mêmes De Cecco et tutti quanti!!!), je pense qu'il faut tenter des faire ces petits coquillage soi même!!! j'ai trouvé une video d'un cuistot italient qui vous fait les pasta fraiches avec une facilité déconcertante!!! il a un tour de main incroyable pour faire les conchiglie, raviolis, tagliatelles, farfalles, que Kitchenaid et Kenwood vont mettre un contrat sur sa tête, car plus personne n'achètera leurs couteux (et peu pratiques) accessoires à raviolis!!!

    Je m'entraine et je vous dis quoi!!!

    Ciao,

    X

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. quel vidéo cela m'intéresse. Merci

      Supprimer
    2. Bonjour,
      Ce serait bien de mettre le lien... Merc
      Bertille

      Supprimer
  18. éclairauchocolat15 avril, 2015 01:51

    C'est dur de lire tout ça quand on vit loin de sa mère...j'ai les larmes aux yeux...Elle me manque terriblement..

    RépondreSupprimer
  19. Une belle assiette bien gourmande!
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  20. je suis en larmes
    j'ai deux filles elles se sont fâchées (entre elles) je ne sais pas vraiment pourquoi ça me dechire.........me rend malade j'aimerais tellement que notre famille se retrouve même si je ne suis pas tres agée le temps passe tellement vite et je voudrais tellement encore profiter d'elles toutes les deux ensemble que nous soyons tous reunis il y a entre elles une sorte de jalousie surtout venant de l'ainee pourtant elles ont été élevées ensemble
    de la même façon je me dis que j'ai du rater qq chose mais quoi et de toute façon on ne peut revenir en arrière
    stop
    il fait beau merci pour vos super recettes j'ai fait le gateau d'anniversaire chocolat une tuerie...........
    aujourd'hui je revois une amie d'enfance profitons de cette belle journée
    à bientot
    sl

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ... vous n'avez pas de reproche à vous faire, il faut profiter de l'instant présent et des petits plaisirs simples de la vie qui rendent heureux .....et vous verrez qu'un jour, vous retrouverez vos filles réconciliées .....
      Bonne journée

      Supprimer
  21. Eh bien c'est la première fois qu'en lisant ton blog, je ressens une telle émotion! Tu me redonnes envie de lire Cohen, toute son œuvre est merveilleuse et je pense aussi que la relire vingt ans plus tard fera naître des sentiments totalement différents.
    En même temps, je me souviens de l'état dans lequel m'avait laissé Belle du Seigneur ou Solal : je suis restée plusieurs semaines sans pouvoir lire autre chose.... C'est pourquoi relire aujourd'hui, le livre de ma mère me fait un peu peur, la mienne étant âgée et malade et je crains d'être submergée par la dure réalité qui nous attend!
    Merci vraiment pour tout ce partage et tous ces échanges (je pense particulièrement à Aïcha et son magnifique témoignage) et bien sur, la recette sera testée ce soir ou demain et régalera ma petite famille :))))

    RépondreSupprimer
  22. bonjour Valérie !! Ahhhh ... Les pastas!! connaissez vous les pâtes SETARO , ce sont des pâtes fabriquer a Naples depuis plusieurs génération . D'ailleurs leur site est un poème a la pâte , ils racontent le séchage a l'air libre , les séchoirs en cuivre qui pique légèrement les spaghettis pour qu'ils accrochent la sauce , enfin bon .... Et bien elles sont merveilleuses , un goût bien a elles et d'une tenue incroyable . Voilà , si vous avez l'occaz !! Nos papilles vous remercieront jamais assez !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien je viens de les découvrir grâce à vous, et je vais tout mettre en oeuvre pour les trouver très vite !!! ;)

      Supprimer
    2. attention , il y a trop souvent des écarts de prix suivant les vendeurs .... Vous m'en direz des nouvelles , surtout des spaghettis .... !!

      Supprimer
  23. Bonjour,
    Quand je lis vos commentaires je me dis que j'ai eu vraiment beaucoup de chance de ne pas connaitre de chagrin quand ma mère est partie... Elle ne m'aimait pas et me l'a fait savoir toute petite ! Elle a détesté avoir des filles, alors ma soeur et moi nous sommes réconfortées mutuellement (je suis son ainée de 10 ans et lui ai servi de maman de remplacement) Elle vouait un amour sans bornes à nos frères, des rois pour elle. Toutes les mères ne se ressemblent pas... Présence ou absence ont la même résonance... on a fait notre vie sans elle ! Sa propre mère avait développé le même "symptôme" de rejet des filles, qu'elle a reproduit... Est ce pour ça que j'ai fait trois garçons ? Va savoir...
    En tout cas, ces pâtes là je vais les faire, tiens, rien que pour me réconforter et penser à ma tante et néanmoins marraine italienne, qui elle, m'aimait comme sa fille. Chaque jour je pense à elle en cuisinant ; c'était une vraie mamma, débordante d'amour pour les autres et cela se sentait dans sa merveilleuse cuisine. Elle, elle me manque...
    Allez bonne journée à toutes et tous et n'oubliez pas de vous construire avec tous ceux, qui autour de vous, vous donnent de l'amour. Pas besoin d'être de la famille... Des bisous, des bisous, des bisous.... Merci Valérie.
    Bertille

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bertille .... je suis certaine que, même si vous aviez eu des filles, vous les auriez adorées ....
      Je vous souhaite une bonne journée et beaucoup de bonheur ...

      Supprimer
    2. Merci Sylviane,
      Je n'étais pas revenue depuis la dernière fois et vous découvre seulement aujourd'hui... Bien sûr ! vous avez raison... J'ai attendu 35 ans ma petite fille et j'en suis folle. Je sais qu'elle sera ma seule petite fille... Elle a 6 ans, c'est Valentine. J'ai aussi 4 petits fils, adorables : Arthur, Louis Pierre et Joseph. Je suis très fière de leurs papas. Bonne journée. Bises
      Bertille

      Supprimer
  24. Bonjour,
    on devrait toujours dire à nos mères qu' on les aime tant qu' elles sont encore là.
    Ma maman est l' une des personnes que j' aime le plus au monde !!!
    Merci pour ce petit rappel qui fait du bien à tous !

    RépondreSupprimer
  25. petite question: pourrait-on éventuellement servir ces pâtes froides comme accompagnement d'un bbq. d'avance merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Impossible : la sauce fige en refroidissant. Cette recette ne peut être servie que chaude (très chaude même).

      Supprimer
  26. oui à l amour non aux remords.... tant qu'on a une mere on reste des enfants !
    c'est drole cette liaison pasta rime souvent avec mamma

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très juste ce que tu dis. Albert Cohen a fait un peu la même phrase dans son livre "je ne serai plus jamais un fils". Donc oui, tant qu'on a une mère on reste un enfant, un fils, une fille.

      Supprimer
  27. Avec une si bonne ambassadrice que toi, je pense que les ventes de ce livre vont exploser, les libraires pourront te dire un grand merci et tu pourras préparer une grosse livraison de mouchoirs !! ;)
    Sinon, je suis comme toi, j'adorrrre le gorgonzola, mais pauvre de moi, je suis la seule à la maison, et si j'ose présenter un plat avec un gramme de ce fromage, je vais me faire lyncher !! Tant pis, je n'ai plus qu'à faire la moitié de la recette pour une grande épicurienne, j'ai nommé moi toute seule !! :) Je te souhaite une très belle journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah !!! Misère !!!
      (J'ai choisi mon mari en lui demandant s'il aimait le gorgonzola...) ;)))

      Supprimer
  28. Bonsoir Valérie,
    Je repasse par ici pour te poser une question qui n'a rien à voir avec cette recette. J'ai fait des noisettes caramélisées pour mes Trianons, mais il m'en reste. Peux-tu me dire comment les stocker ? Elles sont légèrement collantes...

    RépondreSupprimer
  29. pâtes et pistache jolie association !!!

    RépondreSupprimer
  30. Belle recette comme toujours mais j'ai été boulversée par ta jolie prose. Heureusement j'ai toujours ma petite maman qui a 79 ans, j'en ai 55; nous nous retrouvons toujours pour faire du shopping ou aller au marché le dimanche matin, puis le rituel petit chocolat en terrasse surtout qu'en ce moment c'est vraiment le printemps à Ajaccio. On échange aussi beaucoup de recettes et je lui parle de ton blog. Grâce à toi Valérie je me rends encore plus compte de la chance que j'ai d'avoir toujours ma maman et d'entretenir avec elle un lien si fusionnel et une complicité incroyable. Merci.

    RépondreSupprimer
  31. Coucou Valérie Oh quelle jolie recette qui va être testée très vite dès que l'on aura trouvé du bon gorgonzola !
    Quel émouvant message, c'est tellement vrai... Votre blog est vraiment vivant et chaleureux, j'en ai eu les larmes aux yeux.
    J'en profite pour laisser un petit message à ma maman qui vient souvent sur votre blog, et lui dire que je l'aime tant. A bientôt ;-)

    RépondreSupprimer
  32. Mon commentaire n'a rien à voir avec cette recette, je voudrais juste te dire que ton blog serait encore plus au top si tu nous mettais des versions imprimables de tes recettes. Ce serait bien mais je suppose que si tu ne le fais pas c'est qu'il y a un hic; tant pis mais c'est dommage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais il y a la version imprimable ! Il suffit de cliquer sur l'icône imprimante à la fin de chaque recette (c'est tout petit, je sais...)

      Supprimer
    2. Bonjour Valérie ... justement, j'ai profité de ma soirée hier pour imprimer toutes les recettes de ton blog que je fais ou que j'ai l'intention de faire (et il y en a ...) et l'icône de l'imprimante tout en bas est bien visible ... j'ai imprimé sans les photos malheureusement car ça prendrait trop de place dans mon classeur .... jusqu'à présent, j'ouvrais mon ordi portable ou ma tablette à chaque fois que je voulais faire une recette.... (pas vraiment un problème car je suis très souvent sur ton blog à te lire et consulter les commentaires) mais ce sera plus pratique d'avoir la recette complète sous les yeux ....
      Je t'embrasse

      Supprimer
    3. Waouh! Je n'ai pas les yeux en face des trous.Mille excuses Valérie. Tu es vraiment la meilleure, pas de doute.

      Supprimer
  33. Bonjour Valérie !
    Super recette de pasta!!
    Et quand est ce qu'on a le droit à une bonne recette de blanquette de veau ???
    Myriam

    RépondreSupprimer
  34. Bonjour valérie, j 'ai préparé les pâtes pour le repas de midi un délice ,gorgonzola, crème et pâte italienne une merveille ,merci pour cette très bonne recette.

    RépondreSupprimer
  35. ah pistache quand tu nous tiens!!!!!
    Si ca t'interresse j'ai une recette pepite pas dure a faire et qui prend 5 minutes top chrono et qui fait un effet monstre ou puis je te l'envoyer?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. BIen sûr que ça m'interresse ! Tu peux me l'envoyer par mail à cestmafournee@hotmail.fr. Et si ce n'est pas trop long tu peux même la poster ici pour que tout le monde en profite :)
      Merci beaucoup.

      Supprimer
  36. Voici donc la recette de fondant pistache coeur nutella (tu peux utiliser la tienne la michakella!!)
    Faire fondre 90g de beurre sans coloration
    mixer 60g de pistaches (ou on peux mettre ta super pate de pistache maison mais attention au sucre dans ce cas là ) melanger les avec 50g de farine et 135g de sucre (je pense qu'on peux en mettre un peu moins)
    Ajouter 3 blanc d'oeufs et remuer
    Verser délicatement le beurre fondu et bien melanger pour avoir une pate homogène
    Laisser 2h au frais
    Verser dans 4 ramequins beurrés ou moule à muffins (ca rempli environ 8 empruntes!!)
    placer 1 cuillere a café de nutella qu'on plonge dans la pate!!
    Moi je rempli un peu le moule je mets le nut et je recouvre a nouveau de pate!! (c'est moins cracra!!)
    cuire 10 a 15 minutes a 180° (th 6)!!
    SErvez tiede (mais meme le lendemain c bon!!!)
    Tu peux transformer la recette l'ameliorer si tu veux mais je la trouve bien comme ca j'ai essayé de battre au batteur electrique mais je préfère la technique toute bete du fouet manuel!! Par contre le nutella a tendance a plonger au fond et à etre un peu sec (je pense que je devrai jouer sur la cuisson)
    Sur le bouquin la cuisson est bien doré et homogène sur tout le biscuit et le nut est coulant!! bonne patissade!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien merci pour cette recette !

      Supprimer
    2. Dis moi ce que tu en penses!!
      Et merci pour la recette de ganache fleur d'oranger pour tes macarons bleu schtrompf!!! C'est un vrai régal!!

      Supprimer
  37. rectification c'est un moelleux et non un fondant!!

    RépondreSupprimer
  38. Bonjour Valérie,
    Cette recette est une réussite. Nous avons adoré mais les enfants n'ont pas aimé. A refaire mais sans enfants. Merci pour ce blog

    RépondreSupprimer
  39. Chouette bouquin je l'ai aussi :) je confirme cette recette est cool, je l'ai faites aussi et elle est sympas, il y a aussi les spaghettis aux câpres et aux anchois ;) qui pour moi, sur-passe celle ci ^^ en tout cas les photos défouuuraille :) bravo

    RépondreSupprimer
  40. Recette testée et approuvée ce soir! mmmmmmhhh trop facile et c'était délicieux! Merci Valérie

    RépondreSupprimer
  41. Et bien moi, je ne regrette pas d'être arrivée ici!...

    RépondreSupprimer
  42. HHHMMMM un vrai bonheur je me suis régalée !!! Pistache et gorgonzola je n'y aurais pas pensé. Merci Valérie ! Une fois de plus tu élargies mes choix de menus ;-)

    RépondreSupprimer
  43. Bonjour Valérie,

    On peut utiliser de la crème allégée? (pas taper pas taper)

    Merci!
    Anorégyme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MDR !!!!
      Et bien je vais t'étonner mais oui : celle à 18%. En dessous ça craint... ;))

      Supprimer
    2. Merci!
      Mes hanches et moi avons trouvé un nouveau sens à notre vie!

      Par ailleurs, j'ai déjà testé les pancakes (j'en rêve la nuit), le fraîcheur chocolat d'Hermé, la salade de pâtes aux courgettes, la pâte à tartiner express... Gros kiff d'avoir un résultat qui ressemble à la photo officielle!! Moi j'dis Valérie au ministère du Miam direct!!

      Supprimer
  44. Alors, la recette. Très simple à faire. Savoureux. Le crunch de la pistache est bienvenu. Le tout délicieux. Comme d'hab. Le truc d'ajouter de l'eau de cuisson, je le connaissais, mais le voir expliqué si simplement fait que je n'oublierai jamais plus. Merci pour les proportions 100 gr - 1L - 10 gr. Ça je ne connaissais pas. Merci Val!

    RépondreSupprimer

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Dans le menu déroulant, cochez Nom/URL
3) Saisissez votre nom (ou pseudo) après l'intitulé Nom (Ne faites pas attention au mot "URL" ! Ecrivez simplement votre nom)
4) Cliquez sur Publier commentaire
Et N'OUBLIEZ PAS DE CLIQUER SUR "CHARGER LA SUITE" EN BAS DE PAGE SI JAMAIS VOUS NE VOYEZ PAS VOTRE COMMENTAIRE APPARAITRE ! Lorsqu'il y a beaucoup de messages, ils ne peuvent pas tenir sur une page ;)
Merci pâtinautes adorés !
Valérie.